Une médecine à deux vitesses?