L'immigration choisie n'a certes pas pour but d'arrêter plus de clandestins. Elle a pour but de diminuer le nombre de personnes acceptées légalement sur le territoire français. Ceux qui ne répondent pas aux critères de cette immigration choisie, s'ils sont bien avisés, deviennent des sans-papiers.

A propos de l'immigration choisie, d'après notre gouvernement :

"il s’agirait donc de définir des critères permettant de favoriser l’immigration de personnes possédant les qualifications utiles au développement économique français."

(http://www.vie-publique.fr/actualite/dossier/controle-immigration/controle-immigration-vers-immigration-choisie.html)

Les conséquences d'une telle politique ne est-elle pas le drain des cerveaux? Comment avec une telle politique peut-on espérer arriver à un équilibre mondial (autant au niveau économique qu'au niveau des droits de l'homme)? Qui plus est, si on part du principe que la majorité des demandeurs d'asile n'ont pas de fort niveau de qualification cela ne revient-il pas à fermer les frontières? Et, que deviennent les demandeurs d'asile quand ils sont ramenés chez eux?

Ce qu'il faut voir dans cette politique, c'est aussi la création de la police de l'immigration dont on voit les tristes résultats à Sangatte et Cachan.

Un extrait d’un témoignage d’un migrant :

« La police est venue ici, il y a quelques jours, on préparait le repas. Des jeunes comme nous, qui couraient vite. Ils ont donné un coup de pied dans la casserole. On fuyait, ils nous frappaient. Abdolkarim s'est retrouvé à l'hôpital. »

(http://www.liberation.fr/actualite/societe/244071.FR.php).

Lionel Jospin écrit à propos de la campagne présidentielle de 2007 :

"Le spectre du Front National a pesé lourdement sur le débat, produisant une caricature, le développement de clichés qui ne semblent pas être en voie de disparition."

(http://lioneljospin.parti-socialiste.fr/2006/09/20/reponse-a-plusieur-commentaires-sur-limmigration/)

Cet article met bien en évidence la dérive du débat politique en France et les changements majeurs dans notre politique d'immigration. Suite à ces dernières élections présidentielles, la droite traditionnelle hérite-t-elle du général de Gaulle comme elle le prétend ou du maréchal Pétain?