Les infirmières bulgares et le médecin palestinien (ne l'oublions pas) ont été libérés cette semaine. Il s'agit vraiment d'un soulagement pour tout le monde. Mais que retenir de tout ceci ? Une seule chose : ce qu'on ne veut pas faire en France, on le fait à l'international !

Otages

Les infirmières ont été véritablement otages de la Lybie : tout le monde sait qu'elles ne sont pas responsables de la contamination des enfants libyens. Le tribunal qui les a condamné avait d'ailleurs demandé une expertise au professeur Luc Montagnier[1]. Cette expertise n'allant pas dans le sens de l'accusation n'a jamais été versée au dossier ! De plus, les aveux qu'elles ont formulés ont été faits sous la torture. Elles ont également indiqué avoir subit des viols.

Tout faire...

Il me parait totalement logique d'avoir essayé de négocier au maximum pour sauver la vie de ces infirmières. Cela ne me choque pas que Sarkozy ait fait une grosse campagne de pub autour du voyage de Cécilia, même si cela a irrité dans de nombreux pays européens[2], du moment que le résultat soit là : sauver ces innocents.

...mais pas n'importe quoi !

Mais je trouve totalement scandaleux que cette libération s'accompagne de cadeaux énormes et disproportionnés à la Libye :

  • Fourniture d'un réacteur nucléaire
  • Accord de coopération dans le domaine de la défense et d'industrie de défense
  • Accord de coopération dans le domaine de la recherche scientifique
  • Accord de coopération dans le domaine de l'enseignement supérieur
  • Programme triennal de mise en oeuvre de la coopération culturelle, scientifique et technique
  • Projet de programme de recherche d'Uranium

Rien que ça ! Mais le business est le business : il a également été annoncé que Tripoli voulait acheter entre 13 et 18 avions de chasse Rafale, fabriqués par Dassault, pour un montant évalué à 2,5 milliards d'euros.

Cela ne vous rappelle pas les accords passé entre les occidentaux et un certain Saddam Hussein au début des années 80 ? Si si, souvenez vous, on avait également fourni à celui-ci, entre autres, une centrale nucléaire et des avions de chasse. Pour rappel, cette petite vidéo de la déclaration de Chirac suite à cet accord : "Saddam HUSSEIN et CHIRAC-coopération nucléaire entre France et Irak" (INA).

Le gouvernement nie tout en bloc

Lorsqu'on a demandé à Claude Guéant si cela avait un rapport avec la libération des infirmières bulgares, il a indiqué :

Non, pas du tout. Cette libération a rendu possible une coopération renouvelée tant entre la France et la Libye qu'entre l'Union européenne et la Libye.

De qui se moque-t-on ?

Et on en demande encore plus :

La ministre de l'Economie Christine Lagarde a estimé mercredi qu'il n'y avait "pas de raison" de ne pas développer de relations commerciales avec la Libye. "J'ai été très surprise (...), il y a vraiment dans ce pays un désir d'intégrer le cercle des pays légitimes, dans le commerce international en tout cas", a constaté la ministre sur LCI.

"Pas de raison" de ne pas commercer plus avec la Libye pour Christine Lagarde (La Tribune, 25/07/07)

Que retenir ?

Si vous êtes à la tête d'une dictature, si vous avez été mis au ban de la communauté internationale car vous aviez soutenu par le passé des actions terroristes[3], comment faire pour revenir en grâce ? Facile : faites arrêter des ressortissants d'un pays occidental, accusez les de tout et n'importe quoi (plus c'est gros et plus ça passe), condamnez les à mort et attendez, tous les pays vont venir vous promettre monts et merveilles...

Etonnant de voir que dans certains cas on nous dit qu'il est hors de question de négocier avec des terroristes de manière ouverte pour ne pas encourager ce type d'action, mais que dans le cas de terrorisme d'état, tout soit accepté.

Ce n'est pas nouveau, mais la diplomatie a un sens de la morale assez particulier...

Quelques liens :
Les infirmières bulgares racontent leur calvaire libyen (Libération, 26/07/07)
Paris signe plusieurs accords de coopération avec Tripoli (le Monde, 25/07/07)
Ola pour Sarkozy en Bulgarie, agacement ailleurs en Europe (Libération, 25/07/07)
Libye: le crime paie (Top-Debats.info, Claude Moniquet, 24/07/07)
La France et la Libye concluent un accord sur le nucléaire civile(Le Monde, 26/07/07)


Sarkozy et Kadhafi devant une statue représentant
un poing brisant un avion de chasse américain

Notes

[1] Luc Montagnier, rappelons le est le découvreur du virus du SIDA

[2] The International Herald Tribune rappelle que la libération est «le résultat d'un intense processus diplomatique de trois ans amorcé par l'UE, qui a avancé avec le Premier ministre britannique Tony Blair et des officiels allemands, et a abouti avec Nicolas Sarkozy et son épouse». En Italie, La Repubblica précise que : «Le président Sarkozy et sa femme Cécilia, selon l'opinion de beaucoup, se sont introduits dans l'affaire libyenne, en réclamant la gloire a posteriori alors qu'en réalité tout avait été décidé dans les détails depuis au moins quinze jours.»

[3] Attentat de Lockerbie