Très bonne synthèse de la part de Rue89 qui permet d'accèder à des articles parlant de Sarkozy à travers le monde entier :

En s'attaquant dimanche à deux représentants de la presse, Nicolas Sarkozy a perdu "un peu de son aura présidentielle" juge Charles Bremner, le correspondant du Times de Londres à Paris.

[...]

"Contrairement à ce qu'on pense en France, les commentaires de la presse internationale sont très critiques pour Nicolas Sarkozy, remarque Anthony Bellanger, chef des informations de Courrier international. Il y a une distorsion incroyable entre le traitement de la presse britannique, allemande, italienne ou espagnole et la complaisance de la presse française."

Un tour d'horizon de quelques médias portugais, algérien, ivoirien, argentin, turc... montre en tous cas que la presse internationale écrit ce qu'elle veut. Ce qui ne signifie pas qu'elle étrille l'action de Nicolas Sarkozy, loin de là.

La présence de femmes et de personnes issues des minorités au gouvernement a ainsi été largement saluée. Le Président a des inconditionnels, comme ce chroniqueur brésilien qui pleure l'absence d'un homme comme lui dans le paysage politique local, ou son confrère britannique qui l'élève au statut de héros en prétendant qu'il a risqué la révolte en prenant des vacances outre-Atlantique; à Yaoundé, un fan club sarkozyste a même été créé.

Qu'ils semblent l'aimer ou pas, les médias du monde commentent son parcours très librement: en Turquie, la dimension "people" du couple présidentiel a été largement couverte, alors qu'au Sénégal on raille la "politique spectacle" et les journalistes français "pisse-copies".

Nicolas Sarkozy tel que le voit la presse internationale (Rue89)

Cliquez sur les pictogrammes pour lire l'article concernant le pays qui vous intéresse.

Mise à jour : l'incident avec les journalistes américains

Pour ceux qui n'ont pas suivi la petite altercation entre le Président et des journalistes américains, altercation qui a scandalisé dans les médias US :

Sarkozy "perd son sang froid" ("his cool") ou ses "nerfs" ("his nerves"), se "déchaîne" ("lashes out") contre des photographes: la presse américaine, depuis lundi, ne cache pas sa surprise à propos du pétage de plombs de Nicolas Sarkozy. Il n'est pas courant de voir, outre-Atlantique, un bateau partir à l'abordage d'un autre sur un lac, sauf dans les films de James Bond. Encore moins d'assister à une altercation entre un chef d'Etat torse nu et des photographes, le premier sautant dans le bateau des seconds, et saisissant lui-même un appareil photo.

\[...\]

Pouvez vous imaginer une situation similaire aux Etats-Unis?

Non, sûrement pas. Je ne sais pas si les hommes politiques américains sont plus malins que le Président Sarkozy, mais ils sont conscients des répercussions d'un tel acte... Je ne veux pas appeler ça une diatribe... Mais ils savent qu'une telle sortie colérique aurait un impact négatif sur eux. Je ne vois pas une telle chose se produire. Il n'est certes pas un nouveau venu en politique, je ne connais pas bien son histoire, mais on pourrait s'attendre à ce qu'il soit un peu plus conscient de ce qui va avec le fait d'être Président d'un pays important."

"Sarkozy parlait de manière très excitée en français" (Rue 89)