Voici un large extrait du Monde citant lui-même le Canard enchaîné d'aujourd'hui.

Selon Le Canard enchaîné à paraître mercredi 29 août, le gouvernement va mettre en place un impôt minimum sur les revenus. [...]

Cet "impôt plancher" s'inspire d'un dispositif existant aux Etats-Unis et consiste à fixer un montant minimum d'impôt dont devrait s'acquitter tout contribuable, explique l'hebdomadaire satirique. Il permettrait à l'Etat de récupérer une partie des dizaines de milliards d'euros abandonnés aux quelque 400 catégories de contribuables qui bénéficient de "niches fiscales". Ces dernières correspondent aux dispositions qui permettent de payer moins d'impôt sous certaines conditions ou aux vides législatifs grâce auxquels il est possible d'échapper à l'impôt sans être en infraction.

Selon Le Canard, le gouvernement n'a pas encore décidé si la mesure s'appliquerait seulement à certaines tranches de contribuables ou si elle serait générale. Mais d'après M. Méhaignerie joint par l'AFP, l'impôt plancher ne concernerait que la dernière tranche (au-delà de 66 679 euros en 2006) et possiblement l'avant dernière (entre 24 873 et 66 679 euros), "mais certainement pas au-delà", afin d'empêcher les "hauts revenus de déduire par des niches fiscales la quasi-totalité de leurs revenus".

Le gouvernement envisagerait la création d'"un impôt plancher" (Le Monde, 28/08/2007)

Qu'en penser ? Difficile à dire à l'heure actuelle. Mais cela signe un énorme aveu de la part du gouvernement : l'imposition des plus aisées est très loin d'être aussi élevée et catastrophique qu'on veut nous le faire croire. Sinon, pourquoi vouloir fixer un montant minimal pour ces classes "aisées" ?

Personnellement, ma première réflexion est de trouver que cela risque de toucher des personnes avec des profils très (trop ?) différents : il y a une énorme différence de train de vie entre quelqu'un qui gagne 25 000 euros et quelqu'un qui en gagne 100 000. J'ai tendance à croire que la défiscalisation faite par un revenu moyen a plus de chance d'être réutilisée pour consommer, et donc faire tourner l'économie, que celle d'un gros revenu qui va plutôt épargner et donc faire tourner la bourse, beaucoup moins en phase avec le quotidien.
Ceci dit, pourquoi pas, cela peut être une bonne idée surtout que je suis pour une suppression d'une partie des niches fiscales. Mais tout va dépendre des règles de calcul...

Cependant, je ne comprends pas qu'on cherche à créer une usine à gaz alors qu'il "suffirait"[1] de fixer un plafond maximal aux avantages offerts par les niches fiscales.

Notes

[1] Je ne suis pas comptable, peut être que cela est plus compliqué que ça.