Je reviens sous forme de citation sur les relations entre la religion et Nicolas Sarkozy. Certains me diront que ce n'est pas l'actualité et c'est vrai. Mais qui fait l'actualité ? Toujours la même personne : Sarkozy ! Il impose un rythme effréné pour le meilleur et pour le pire aux médias.

Je pense qu'il est important de faire fonctionner sa mémoire, et les blogs sont peut être une des meilleurs solutions pour agir comme pense bête.

Revenons sur les paroles de Nicolas Sarkozy et la religion. Je pense que ses citations parlent d'elles même :

Comme Benoît XVI, je considère qu'une nation qui ignore l'héritage éthique, religieux, spirituel de son histoire commet un crime.

Dans la transmission des valeurs et dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le curé parce qu'il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie.

Dieu transcendant qui est dans la pensée et dans le cœur de chaque homme. Dieu qui n'asservit pas l'Homme mais qui le libère. Dieu qui est le rempart contre l'orgueil démesuré et la folie des Hommes.

Un homme qui croit est un homme qui espère et l'intérêt de la République, c'est qu'il y ait beaucoup d'hommes qui et de femmes qui espèrent.

La République a intérêt à ce qu'existe aussi une morale inspirée de convictions religieuses. D'abord parce que la morale laïque risque toujours de s'épuiser ou de se changer en fanatisme.

Etonnant, mais il me semble que nous avons plus d'exemples de fanatismes religieux que laïque dans l'histoire...

Rappelons deux articles de la loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise est de l'Etat :

  • Article 1er : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes ... ». Le premier article crée un large consensus. Le texte ne laisse que peu de marge pour son application, par les mots « assure » et « garantit ».
  • Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ... »

J'ai comme l'impression que Nicolas 1er a tendance à reconnaître un, voir plusieurs cultes (en plus du sien)...

Je ne peux que vous conseiller la lecture de l'article sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat de Wikipédia. On se rend compte que cette période a été un moment délicat et mouvementer de notre histoire. Pourquoi est-ce que le Président veut ré ouvrir le débat maintenant ? Surtout qu'il ne semble pas être vraiment le sujet le plus important à traiter. A jouer avec le feu, parfois on se brûle...