Ou comment la droite manipule les chiffres pour justifier auprès "des pauvres" une politique d'imposition favorisant "les riches"...